terça-feira, outubro 19, 2010

"...mais c'est en 2011 que nous entrons dans la zone à risques"


"En 2011, les pays de la zone euro vont passer collectivement de la relance à la rigueur budgétaire, alors que la reprise économique est loin d'être assurée et que l'environnement international se dégrade. Les économistes font leurs calculs. Les plans d'austérité retireront près de 1 point de croissance à la zone l'an prochain. Si, en plus, l'euro se maintenait autour de 1,40 dollar, sa surévaluation coûterait près d'un demi-point de plus à la croissance.

Certains experts tirent donc la sonnette d'alarme, comme Zach Witton, économiste de l'agence de notation Moody's à Londres, pour qui l'activité devrait s'affaiblir vers la fin de 2010 : "Elle entrerait ensuite dans une très légère récession dans la première moitié de 2011, avec deux trimestres de recul du produit intérieur brut (PIB), avant de redémarrer progressivement.

Sur l'ensemble de l'année 2011, il prévoit que la croissance resterait limitée à +0,7% dans la zone euro (+0,9% pour la France). M. Witton estime que les pays les plus orientés vers l'exportation – l'Allemagne ou les Pays Bas – sont les plus exposés au risque de récession, au contraire de la France, plus dépendante de sa demande interne (...) "
in Le Monde de 18/10/2010 , no artigo "La zone euro est menacée d’un retour de la récession en 2011".
De registar que se fala da zona euro em geral e nem sequer se menciona Portugal em particular. Não sei se se concretizará esta perspectiva. Mas não me venham outravez com o número mediático da grande surpresa e que andam a mentir e tal. Estamos todos no mesmo barco, o mar está bravo e nós juntamente com gregos, espanhóis e irlandeses estamos nos barcos salva-vidas.
Mas não ficamos por aqui:
"Paris et Berlin veulent sanctionner davantage les déficits dans la zone euro" (Le Monde 18/10/2010) e rever o Tratado de Lisboa.

0 Comments:

Enviar um comentário

Links to this post:

Criar uma hiperligação

<< Home